Les Européens de retour sur les terrains !

, par Jérôme Flury

Les Européens de retour sur les terrains !
Certes, le ballon va rouler à nouveau sur la pelouse, mais il faudra un peu plus de temps pour revoir des gradins remplis. Image : Michal Jarmoluk de Pixabay

Après le confinement, le sport fait tant bien que mal son retour en Europe : si certaines compétitions ont été reportées ou annulées, d’autres se déroulent sous des conditions strictes. Les athlètes européens sont à nouveau en action et c’est une bonne nouvelle. Un article du Taurillon dans le cadre du Grand Format européen de juin.

Soudain tout a pris fin. Plus de cris dans les gradins, plus de coup de sifflet, plus d’action spectaculaire. Le temps a semblé s’étirer alors que plus aucun match, handball, basket ou volley ne s’est déroulé sur le continent européen, devenu épicentre de la pandémie en mars. Comme tout citoyen, les sportifs se sont retrouvés confinés chez eux, à tenter de garder la forme et le moral en l’absence de compétition et même d’entraînement. Mais peu à peu, les athlètes foulent à nouveau les pistes et les terrains, pour le plus grand bonheur des amateurs de sport.

En manque de sport

Les paris sont allé bon train en avril. Non pas sur l’annulation ou la reprise des compétitions de football mais sur les matchs du championnat biélorusse, le seul à s’être poursuivi normalement à l’heure où tous les pays d’Europe prenaient des mesures drastiques. « Normalement, il y a 10 000 à 30 000 euros de mises sur le championnat biélorusse, ce qui n’a rien à voir avec la Ligue 1 par exemple. Pendant le confinement, le chiffre est passé à 1 million d’euros. », décrit Charles Coppolani, président de l’Autorité de régulation des jeux en ligne. Le football manquait aux observateurs, français comme européens.

Heureusement, avec la fin du mois de mai, la plupart des championnats nationaux s’apprêtent à redémarrer. Après des semaines où les rares questions de football portaient sur les joueurs testés positifs au coronavirus, les équipes anglaises, italiennes ou espagnoles ont effectué leur retour à l’entraînement. En Allemagne, les rencontres – à huis clos – ont repris, tandis qu’en Autriche, Salzbourg a fêté sa victoire en coupe, en essayant de respecter la distanciation sociale.

Alors certes, l’ambiance n’est pas la même qu’avant la pandémie, mais le football fait bien son retour au sein de l’Union européenne. Du côté des compétitions continentales, si le championnat d’Europe des nations a déjà été reporté à l’été 2021, la Ligue des champions des clubs pourrait être redéfinie dans un format inédit pour se conclure cet été. Les clubs européens espèrent pouvoir en découdre entre eux rapidement.

Les pistes et les courts aussi vont se remplir

Autre discipline qui va faire son grand retour sur les pistes européennes : la Formule 1 ! Le 2 juin, la Fédération internationale a annoncé un calendrier mis à jour alors que les reports et les annulations s’enchaînaient depuis début mars. Six Grands Prix se dérouleront ainsi en Autriche, en Hongrie, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Belgique et en Italie entre juillet et septembre. Des courses sans spectateurs mais qui permettent de sauver une saison qui n’avait même pas pu commencer.

En tennis aussi la saison est particulièrement affectée et les organisateurs anglais de Wimbledon n’avaient pas tardé pour annoncer l’annulation pure et simple de l’édition 2020. Cependant, les compétitions devraient bien faire leur retour sur les terres européennes. La France avait ainsi fait part très tôt de son intention de reporter Roland-Garros à l’automne. Le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, a confirmé le 1er juin son intention d’organiser le tournoi début octobre.

Il en va ainsi de nombreuses disciplines, dont l’athlétisme, qui a particulièrement souffert du report des Jeux Olympiques. Certains athlètes se préparent durant des années pour cette compétition majeure, souvent l’objectif de la saison. Toutefois, les compétitions reprennent peu à peu. En République Tchèque, un tournoi de « retour en piste » a pris place le 1er juin dans 173 stades. Partout, il devient à nouveau permis de suer hors de chez soi… Sous conditions. Mais la reprise du sport est une excellente nouvelle. « Par sa popularité, par son langage universel et par sa nature apolitique, le sport pour tous est un lieu de sociabilité et de cohésion sociale », affirme Kiera Wason-Milne, cheffe de projet « Affaires européennes » au sein du Think tank Sport et Citoyenneté. Les Européens, professionnels comme amateurs, peuvent abandonner leur solitude et se retrouver dans la pratique sportive, qui pourrait revêtir un rôle majeur dans les prochains mois.

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom